Entretien du Kalimba et des instruments en bois

de | novembre 21, 2018

Le kalimba est un instrument musical à lames frottées. Pourtant, il est sujet à se dégrader par l’usage. Il est neuf au moment de l’acquisition, mais au fil des jours, il advient que ses lames en métal sont couvertes de rouilles. L’entretien est nécessaire pour remettre à neuf et augmenter la longévité de son instrument de musique. Cela n’est pas une proposition ou une suggestion, c’est indispensable à sa conservation.  

L’entretien des éléments importants

Le kalimba est un instrument permettant de produire des sons harmonieux. Il se dote d’une lame et d’une caisse de résonance. En effet, d’autant qu’il est issu du groupe des lamellophone, il dispose d’une rangée de lames. Ces languettes sont fixées sur un support employé en fait d’un chevalet à l’aide des écrous et des vis. Les chocs et l’humidité risquent de les défaire. Par suite, les lames se désaccordent et les sons ne sont pas plus en harmonie. Ainsi, en dépit de cette circonstance, les lames restent en accord et produisent des sons mélodieux quelque peu que l’utilisateur resserre régulièrement les vis du tendeur.

Ensuite, la majorité des modèles comportent jusqu’à présent des lames faites de bambou. Au fait, elles doivent rester toujours à l’abri de l’humidité. Il s’agit que les mains du musicien soient asséchées avant de manier le kalimba. Aussi, la caisse de résonance du kalimba est en bois. Lorsque le taux d’humidité dans ce bois est élevé, il se trouve que son volume s’augmente du fait que sa matière est capable de retenir de l’eau. Et, une fois celui-ci desséché, un fendillement apparaît à cause de la détractation. Cela peut diminuer la fiabilité de la caisse de résonance. Ainsi, une mousse de protection est une très bonne idée. Elle permet de conserver l’instrument de musique contre le choc, les poussières et l’humidité.

Les produits naturels pour l’entretien

D’autre part, les modèles perfectionnés sont équipés de lames en métal. En effet, ce matériau finit par se tacher de rouille, principalement si elle est utilisé depuis plusieurs années. Il convient d’ôter cet oxyde de fer rouge tant et si bien que les lames continuent à être en bon état. Pour cela, il suffit de prendre un oignon tranché en 2 et nettoyer la lame avec ces morceaux.

D’ailleurs, l’utilisateur peut aussi procéder au traitement du bois pour préserver le kalimba. Premièrement, il faut commencer par décaper la surface de l’instrument. Cela consiste à éliminer les impuretés qui l’altèrent. Puis, il faut faire appel au papier de verre pour le ponçage, et puis il convient de pratiquer un dépoussiérage. Par la suite, une fois la surface préparée, l’utilisateur va prendre de l’huile et en couvrir toute la surface du bois. Ce produit sert à préserver le bois contre les champignons et l’humidité. Aussi, l’huile permet de maintenir la qualité et l’aspect de ce matériau. Par ailleurs, il peut se servir de l’huile de lin, du baume d’antiquaires ou du beurre de karité pour nourrir bois. Cette opération doit s’effectuer deux fois par an minimum.

A lire aussi : Comment avoir des vidéos moins floues ?